Aller au contenu. | Aller à la navigation

Sections
Vous êtes ici : Accueil Mot des co-présidents

Mot des co-présidents

Le mot de Jean-Louis Durpaire

Jean-Louis DURPAIRE, Inspecteur général de l’Éducation nationale, co-président de la Conférence 2013 Cultures numériques, Éducation aux médias et à l’information


L’idée de faire un point sur les questions d’éducation à l’information (EMI) dans l’enseignement scolaire est née des travaux d’un groupe de travail de l’IGEN sur ce sujet et de rencontres entre l’IGEN et l’Ifé dès mars 2012. La DGESCO ayant rapidement validé le principe d’une vaste rencontre entre les acteurs de terrain engagés dans l’éducation aux médias ou l’éducation à l’information et les chercheurs et experts du domaine, un Conseil scientifique pour une Conférence nationale Cultures numériques, Éducation aux médias et à l’information s’est mis en place dès mai 2012. Fort d’une vingtaine de personnes universitaires, IGEN, représentants de la DGESCO, du CNDP, du CLEMI , cette instance  s’est réunie régulièrement pour proposer un programme tentant de répondre au mieux à la problématique de la place à donner à l’éducation aux médias et à l’information dans l’enseignement scolaire.

Durant ces douze derniers mois, la réflexion du conseil scientifique a croisé les travaux de la concertation nationale pour la refondation de l’école qui a préconisé d’« inscrire dans la loi l’éducation aux médias et à l’information dimension essentielle de la formation citoyenne – au même rang que les apprentissages fondamentaux et [de] réaffirmer la dimension numérique dans le socle commun »[1].

Dans la continuité, les travaux sur le projet de loi pour la Refondation de l’école ont conduit l’Assemblée nationale à adopter en première lecture un texte dont l’article 35 demande l’inclusion de l’EMI à la formation dispensée aux élèves des collèges.

La Conférence de Lyon est donc placée dans une actualité très vive : en réunissant des chercheurs, des personnels d’encadrement et des enseignants engagés dans des actions d’éducation aux médias et à l’information,  elle doit permettre non seulement d’éclairer la notion d’éducation aux médias et à l’information, dans sa dimension conceptuelle, mais aussi d’évoquer des pistes concrètes  de contenus  et de démarches.

Voir aussi une vidéo de Jean-Louis Durpaire


[1] Mons N., Forestier C., Bonneau F. & Colombani M.-F. (dir.) (2012). Refondons l'école de la République : rapport de la concertation. Paris : Ministère de l'Éducation nationale. Disponible en ligne.



Le mot de Éric Bruillard

Éric Bruillard, professeur des universités, IFÉ - ENS Cachan

Cette conférence devrait constituer un moment important dans la mise en place et le renouvellement des formations et, plus largement, de l'éducation à l'information et aux médias.

D'abord, elle a l'ambition de faire le point sur ce que l'on sait des cultures numériques qui se développent, pour l'essentiel en dehors de l'école, et des modalités actuelles d'éducation à l'information et aux médias, en France et à l'étranger. Pour cela, des tables rondes permettront des échanges avec des experts autour des thèmes en mutation profonde comme l'information, la lecture et l'écriture, la formation et la documentation. Les ateliers et posters témoigneront également de pratiques déjà installées, en ouvrant la discussion avec les participants.

Ensuite, dans une visée prospective à court terme, la conférence devrait dresser des pistes de travail pour le développement de l'éducation à l'information. De nouveaux horizons seront ouverts, notamment par la conférence de Philippe Quéau et par les réactions de grands témoins : Geneviève Jacquinot-Delaunay et Jean-Pierre Véran.

Tout ceci s'inscrit dans un contexte saturé d'informatique, science sous-jacente à la conception de nouvelles technologies. Former des citoyens, non de simples consommateurs, nécessite de les aider non seulement à acquérir de la technicité mais également à comprendre les processus en jeu, afin de réguler mais aussi d'alimenter les flux d'information dans lesquels ils baignent. Technicité et conceptualisation sont toujours profondément associées et la conférence devrait aider à comprendre comment les acquérir.

Dans cette entreprise de réflexion, les contributions de tous les participants, qu'ils viennent physiquement à Lyon ou suivent la conférence à distance, sont nécessaires. Nous invitons ceux et celles qui le souhaitent à déposer commentaires et contributions sur ce site : il est important que toutes les voix se fassent entendre.

Voir aussi une vidéo d'Eric Bruillard