Aller au contenu. | Aller à la navigation

Sections
Vous êtes ici : Accueil Ateliers A 10 : Lecture critique

Atelier 10 : Lecture critique de l'information

Quand ? Le 22/05/2013,
de 13:15 à 14:30
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Animé par Nicolas Gauvrit, maître de conférences, Université d’Artois et Université Paris 7 Denis-Diderot

Lire et comprendre les informations statistiques

La statistique a profité de la révolution numérique pour faire un bond en avant considérable ces dernières décennies. Le résultat est visible à la fois dans la recherche scientifique, avec une omniprésence manifeste des outils statistiques ou le développement de nouveaux paradigmes ; dans la presse qui se fait le relais souvent imprécis et parfois trompeur de ces résultats ; et sur l’enseignement, puisque l’on n’est plus un citoyen éclairé aujourd’hui sans une connaissance minimale des risques d’une lecture trop superficielle des statistiques.

Dans une première partie de cet atelier, nous essaierons de montrer l’importance de l’enseignement précoce de la statistique et des probabilités — qui rencontre une farouche opposition de la part de nombreux mathématiciens pour des raisons recevables dont nous discuterons. Les questions de la citoyenneté et du développement de l’esprit critique seront abordées dans cette première étape.

Dans un second temps, nous présenterons quelques difficultés méthodologiques et statistiques élémentaires qui peuvent conduire à mal interpréter des résultats quantitatifs. Nous nous concentrerons sur des cas simples tirés de la presse grand public pour illustrer la nécessité d’une lecture critique, s’appuyant sur une culture minimale des méthodes et des outils mathématiques. Le cas des sondages sera largement développé, parce qu’il constitue un vivier extraordinaire d’affirmations saugrenues à l’emporte-pièce dans les medias.

Dans une dernière partie enfin, nous proposerons de nouveaux exemples de statistiques trompeuses tirées de la littérature, que nous discuterons ensemble afin de déterminer comment se prémunir contre le risque d’une interprétation erronée ou trop rapide des données.

Déroulement de l'atelier

  • Présentation des enjeux de l’enseignement de la statistique et des probabilités ;
  • Quelques points méthodologiques problématiques autour des sondages ;
  • Présentation de documents tirés de la presse et discussion avec la salle.
BALLARINI Ivana
BALLARINI Ivana a écrit :
27/05/2013 15:50
Cet atelier mettait l'accent sur "la nécessité d’une lecture critique, s’appuyant sur une culture minimale des méthodes et des outils mathématiques". En tant que professeur documentaliste, j'ajouterai que cette nécessaire « lecture critique » passe aussi par le développement d’une culture informationnelle et l’acquisition de certaines notions spécifiques à l’information et aux médias.

Le concept même d’ "information" est ici convoqué dans son sens étymologique de « mise en forme » d’un message porté par une intention de communication. On convoquera ainsi la notion d’ « intentionnalité des discours » et on en appellera à la non neutralité de toute information.

Ce sera aussi l’occasion de se pencher sur l’impact des techniques de la mémoire (les mnémotechniques ou mnémotechnologies étudiées par Bernard Stiegler) sur la production du savoir, sur l’importance du codage des informations et du mode de représentation choisi.

Le lien pourra être fait avec le concept de "média" dans ses différentes dimensions : le média technique de Mc Luhan selon qui « the medium is the message » ; mais aussi le média source produisant et diffusant des informations.
 
L’utilisation des chiffres et des statistiques pourra ouvrir la réflexion sur le lien entre une donnée brute, son utilisation, sa représentation et l’exploitation scientifique, économique, politique ou médiatique au sens large qui peut en être faite.

La question de l’identification et de la vérification des sources sera de même mobilisée à cette occasion.

Ce très rapide survol d'un champ disciplinaire pour souligner que les savoirs informationnels à acquérir par les élèves du secondaire sont ici incontournables et méritent d’être inscrits dans un enseignement identifié en tant que tel, tout en intégrant les ponts nécessaires avec les autres disciplines (mathématiques, informatique, SES, par exemple).

Les exemples et les sources présentés lors de cet atelier sont d’excellents outils didactiques qui peuvent servir de base à la conception de séquences de type "situation problème" à mettre en œuvre par les professeurs documentalistes (seuls ou en interdisciplinarité).

Un grand merci à Nicolas Gauvrit qui a animé cet atelier riche en réinvestissements didactiques possibles.
Les commentaires ont été désactivés.