Aller au contenu. | Aller à la navigation

Sections
Vous êtes ici : Accueil Tables rondes TR 4 : Lecture et écriture

Table ronde 4 - Lire et écrire dans un monde numérique

Quand ? Le 22/05/2013,
de 08:30 à 10:30
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Co-animée par :

  • Vincent Liquète, professeur des universités, Université Bordeaux 4

  • Catherine Becchetti-Bizot, inspectrice générale de l'Éducation nationale

Le rapide déploiement des supports numériques comme moyens d’accès aux textes et surtout comme instruments d’écriture et de lecture définit l’horizon d’un changement culturel profond qui nous oblige à repenser l’idée même de lecture et d’écriture et pose des questions essentielles aux pédagogues. Les jeunes sont aujourd’hui plongés dans un environnement médiatique qui conditionne leurs pratiques de communication, de production et de réception des textes, sans qu’ils aient toujours conscience des enjeux et des contraintes qui sont à l’œuvre dans l’usage des nouveaux outils. Une nouvelle dynamique d’écriture-lecture est en train de naître, qu’il est nécessaire à la fois de comprendre, d’accompagner et d’encourager, car les possibilités ouvertes par le numérique pour la réussite des élèves sont sans doute loin d’être entièrement exploitées. Les registres d’écriture et de lecture multiples et diversifiés interrogent directement le positionnement pédagogique. En effet, la lecture et l’écriture « numériques », même s’il s’agit de pratiques considérées désormais comme ordinaires et banalisées, ne vont pas de soi. Il s’agit de tâches multimodales bien plus complexes que ne le laisse imaginer l’apparente immédiateté des éléments textuels qui apparaissent sur les écrans.

Dès lors, le rôle de l’école et de ses acteurs est de guider les élèves dans l’usage des médias numérisés, en leur faisant connaître les codes, les langages et les règles, et en leur apprenant les stratégies qui leur permettront d’avoir un usage autonome et responsable de ces nouveaux outils, une pratique consciente et structurante pour l’exercice de leur liberté et de leur citoyenneté, tout en apprenant à repérer les diverses logiques en jeu (économique, éditoriale...). Il s’agit bien de développer une nouvelle littératie médiatique visant à sensibiliser et à former les élèves tout à la fois aux spécificités, aux possibilités et aux risques que représentent les nouveaux médias et le monde numérique à travers lesquels non seulement se développe leur expression mais aussi se crée et se diffuse aujourd’hui le savoir. Cette nouvelle littératie médiatique cherche à mettre en évidence également un ensemble de compétences et d’habilités convergentes et à la croisée de l’éducation aux médias, de la computation et de l’information-documentation.

Repenser la littératie dans un monde numérique

Claire BÉLISLE, docteure en psychologie, consultante en ingénierie de formation et environnement numérique

Bien que la littéracie soit basée sur la maîtrise d'un ensemble de compétences et d'habiletés culturelles et techniques, telles que lire, écrire, compter, maîtriser la communication médiatique, ces compétences en elles-mêmes ne constituent pas la littéracie. Comme cela est mis de plus en plus en évidence par la recherche, la littéracie est fondamentalement située et déterminée par les contextes culturels, politiques et historiques des communautés dans lesquelles elle est activée et déployée.

Toutefois, avec les nouveaux contextes numériques de connaissance au sein desquels se développent les compétences du XXIe siècle, la littératie (et donc l'éducation) doit relever un défi majeur. Les technologies numériques en évolution ne transforment pas simplement l'accès ; elles favorisent de nouvelles approches de la connaissance, de nouvelles architectures des connaissances, de nouvelles éthiques de la connaissance ainsi que de nouvelles exigences en responsabilité et évaluation. Que devient le « lire et écrire » dans ces nouvelles problématiques émergentes ?

  • Barré-De Miniac Christine, Brissaud Catherine & Rispail Marielle (dir.) (2004). La littéracie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture. Paris : L’Harmattan.
  • Bélisle Claire (2013). « Lire se transforme ». Lectures, Dossier Livre et lecture en mutation, n° 179-180, janvier-avril.
  • Bélisle Claire (dir.) (2011). Lire dans un monde numérique. Villeurbanne-Lyon : Presses de l’ENNSIB.
  • Bon François (2011). Après le livre. Paris : Éditions du Seuil.
  • Chartier Roger (2013). « Petite histoire de la lecture en Europe ». Lectures, Dossier Livre et lecture en mutation, n° 179-180, janvier-avril.
  • Deheane Stanislas (2007). Les neurones de la lecture. Paris : Odile Jacob.
  • Detrez Christine (2001). « Bien lire. Lecture utiles, lectures futiles ». BBF, vol. 46, n° 6.
  • Goulet Marcel (2008). « Lecture littéraire et construction de l’imaginaire ». In M. Roy, M. Brault & S. Brehm (dir.). Formation des lecteurs, formation de l’imaginaire. Montréal : Université du Québec à Montréal, coll. Figura, n° 20, p. 81-91.
  • Kringelbach Morten L., Vuust Peter & Geake John (2008). « The pleasure of reading ». Interdisciplinary Science Reviews, vol. 33, n° 4.
  • Lankshear Colin & Knobel Michele (dir.) (2008). Digital Literacies. Concepts, Policies and Practices. New York : Peter Lang Publishing Inc.
  • Martin Allan & Madigan Dan (dir.) (2006). Digital Literacies For Learning. London : Facet Publishing.
  • Saemmer Alexandra (2007). Matières textuelles sur support numérique. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne.

La lecture sur support numérique : enjeux cognitifs et pédagogiques

Jean-François ROUET, chercheur en psychologie, directeur de recherche au CNRS

La diffusion des pratiques de lecture sur écran a suscité un débat sur les possibles mutations de la lecture et leurs conséquences pour son enseignement. La lecture en environnement numérique diffère-t-elle de la lecture de l'écrit imprimé ? Si oui, est-elle porteuse de nouvelles opportunités ou au contraire de nouveaux défis pour les élèves. Les recherches apportent des réponses de plus en plus précises à ces questions. Si le numérique enrichit potentiellement l'expérience de lecture et d'écriture, cet enrichissement reste conditionné à la maîtrise par le lecteur des stratégies permettant l'accès, la compréhension et l'évaluation de l'information. En effet, la lecture telle qu'elle se redessine dans le nouveau paysage des textes numériques va bien au-delà du traditionnel tandem décodage-compréhension. Elle repose sur un ensemble de connaissances et de stratégies cognitives que la simple exposition, même précoce, aux nouvelles technologies du texte ne suffit pas à transmettre. Il faut donc identifier précisément ces nouvelles bases du savoir-lire, et se donner les moyens de les enseigner efficacement. Ceci demande une refondation du concept de maîtrise de la lecture et surtout de son enseignement dans le primaire et le secondaire.

  • Boubée N. & Tricot A. (2011). L'activité informationnelle juvénile. Paris : Hermès ; Lavoisier.
  • Denecker C. & Kolmayer E. (2006). Éléments de psychologie cognitive pour les sciences de l’information. Villeurbanne : Presses de l’Enssib.
  • Macedo-Rouet M. & Rouet J.-F. (2008). « Qui dit quoi ? L'évaluation des sources, une compétence d'avenir ». In : J. Dinet (dir.). Usages, usagers et compétences informationnelles au 21e siècle. Paris : Hermès Science ; Lavoisier, p. 97-122.
  • Rouet J.-F. (à paraître). « La compréhension de l'écrit : Un ensemble complexe d'habiletés spécifiques ». In J. David & C. Royer (dir.). L’apprentissage  de la lecture : convergences, innovations, perspectives. Bern ; Paris : Peter Lang.
  • Rouet J.-F. (2012). « Ce que l'usage d'Internet nous apprend sur la lecture et son apprentissage ». Le Français Aujourd'hui, n° 178.
  • Rouet J.-F., Germain B.& Mazel I (dir.) (2006). Lecture et technologies numériques. Chasseneuil-du-Poitou : CNDP, coll. Savoir Livre.

L’écriture numérique, un objet d’enseignement

Serge BOUCHARDON, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l'Université de Technologie de Compiègne

L’instrumentation de l’écriture par les technologies numériques transforme les pratiques d’écriture. Dans quelle mesure cette écriture numérique est-elle une écriture spécifique, et dans quelle mesure peut-on enseigner ces spécificités dans une perspective d’éducation aux médias numériques ? Nous aborderons les enjeux à la fois théoriques et pédagogiques qu’il y a à constituer l’écriture numérique en tant qu’objet d’enseignement.

  • Bouchardon S., Cailleau I ., Crozat S., Bachimont B. & Hulin T. (2011). « Explorer les possibles de l’écriture multimédia ». Les Enjeux de l'Information et de la Communication, dossier 2011 : Le(s) multi-média(s). En ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2011-dossier/Bouchardon-Cailleau-Crozat-Bachimont-Hulin/index.html
  • Cailleau I ., Bouchardon S., Crozat S. & Bourdeloie H. (2012). « Compétences et écritures numériques ordinaires ». Recherches en Communication, n° 34, p. 33-50.
  • Crozat S., Bachimont B., Cailleau I., Bouchardon S. & Gaillard L. (2011). « Éléments pour une théorie opérationnelle de l'écriture numérique ». Document numérique, vol. 14, n° 3, p. 9-33.
  • Gautier J. ,Vergne G., Kambouchner D., Meirieu P. & Stiegler B. (2012). L’école, le numérique et la société qui vient. Paris : Mille et une nuits.
DRECHSLER Michèle
DRECHSLER Michèle a écrit :
12/05/2013 09:56
Table ronde 4 - Lire et écrire dans un monde numérique
Conférence nationale « Cultures numériques, Education aux Médias et à l'information »
ENS de Lyon

Contribution Michèle Drechsler IEN conseillère TICE premier degré
Académie Orléans-Tours

Je suis intéressée par cette problématique et j'ai travaillé autour de ces questions dans le cadre du conseil scientifique de la BnF en Juin 2010. Depuis, j'ai apporté quelques contributions qui concernent les pratiques de lecture, d'écriture avec le numérique au primaire.

Pour cette table ronde, je vous propose une réflexion sur les potentialités du numérique concernant les manuels scolaires et aussi les albums augmentés.

Bibliographie :
Michèle Drechsler "manuels scolaires numériques et albums augmentés, enjeux et perspectives pour la pédagogie du 21 ème siècle », collection NumerikLivre, 2011

http://www.moncartablenumer[…]de-plus-en-plus-d-actualite

http://numeriklivres.tumblr.com/[…]/extrait-manuels-scolaires

http://numeriklirestore.com/search.php#!booksheet_32

https://itunes.apple.com/[…]/id443418200?mt=11

Mon intervention au salon « Le futur du livre » parrainé par Edgar Morin, à Chenôve, le 13 Avril 2013 : La tablette et la littérature jeunesse pour de nouveaux chemins de lecture ?
http://fr.calameo.com/read/00030226165fc406611dd
http://fr.calameo.com/read/000302261361cbb4abfe6

J'ai essayé de dégager les bénéfices que peuvent apporter ces nouveaux outils pour une nouvelle approche interactive de la lecture. Peut-on lire plus et mieux avec une tablette ? Après avoir défini ce qu'est la compréhension selon quelques chercheurs, je montre la place des tablettes et l'aide qu'elles peuvent apporter aux enfants pour comprendre un récit et proposer de nouveaux chemins de lecture à l'école. Dans un contexte de classe, la place de l'enseignant reste néanmoins importante. Il doit avoir une vision claire des potentialités didactiques de ces outils comme aides pour mieux comprendre un récit, savoir quel est son rôle de médiation, de «passeurs de petits bonheurs avec l’envie d’aider les enfants à découvrir des histoires, ces signes, ces images qui déboulent dans leur vie et peuvent les aider à se construire, à rire, à comprendre le monde ». Cela suppose une formation des enseignants autour d'outils à haute valeur cognitive comme les tablettes.

Une expérimentation menée dans le département de l'Indre dans le cadre de mes mission d'IEN maternelle avec le pôle maternelle :
http://www.ac-orleans-tours.fr/[…]/CrayonNumeriqueAfaya.pdf


Je montre la place de ce crayon numérique, outil utilisé à Taïwan qui permet de mieux identifier les composantes sonores du langage et établir la correspondance entre l'oral et l'écrit, de travailler aussi le lexique : http://eduscol.education.fr/[…]/consultFicheIndex.php?idFiche=8283

Pour en savoir plus :
Bibliographie : Article de Michèle Drechsler dans Revue « les cahiers pédagogiques » Juin 2012. Quand la lecture s'anime sous les doigts
http://cahiers-pedagogiques[…]Apprendre-avec-le-numerique

Comme je l'ai précisé, l'enseignement de la lecture n'est pas  inné ou spontané et doit être inscrit dans la formation initiale et continue des enseignants. Il ne suffit pas de lire pour savoir lire. Comme le précise Léon Bloy auteur avant 1914, « On devrait fonder une chaire pour l'enseignement de la lecture entre les lignes ». En 2013, à l'heure des différents chantiers définis par la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'Ecole et de la Républiquen il nous reste à y intégrer les nouveaux outils interactifs et de bien dégager en quoi ils représentent une aide non négligeable au service de la pédagogie de la lecture et de l'écriture.
DIMIER
DIMIER a écrit :
27/05/2013 20:31
Je vous soumets ces deux liens vers deux séries d'articles consacrées à la lecture numérique http://www.culturedel.info/cactusacide/?p=6402 et à l'écriture numérique et la publication http://www.culturedel.info/cactusacide/?p=7156 Mon approche est info-documentaire, sans toutefois exclure des complémentarités à définir selon les contenus et les objectifs pédagogiques de chacun. Professeur documentaliste, j'ai assis ma réflexion théorique sur les Sciences de l'Information et de la Communication, qui forme mon cadre de référence, et sur lesquelles je me suis fondé pour entreprendre une ébauche de didactisation dont je dégage des contenus afin d'élaborer des séquences ou séances pédagogiques en vue d'établir une progression, pour le secondaire, dans l'acquisition de savoirs info-documentaires.
En espérant que vous y trouviez de la matière
Les commentaires ont été désactivés.